Bône


 

Départements français d'Algérie

 

 

La ville de Bône

 

1830, les troupes françaises, avec à leur tête, Anne Jean Marie René Savary, duc de Rovigo, qui commande à Alger, souhaitent étendre l'action de la France vers l'Est et reprendre Bône.

En avril 1832, le capitaine Édouard Buisson d'Armandy s'installe dans Bône avec ses canonniers et concquiert la ville, enfin, le 8 avril, avec l’arrivée des renforts. Le maréchal Nicolas Jean-de-Dieu Soult, ministre de la Guerre à la tribune de la Chambre affirme alors « La prise de Bône est le plus beau fait d'armes du siècle ».

Le développement économique peut alors se poursuivre avec la mise en valeur de Bône par de grands travaux dans la plaine bônoise qui, à l'origine marécageuse, devient une région très prospère, grâce à des cultures maraîchères, viticoles et arboricoles. Les vins de Bône seront connus et réputés jusqu'à Paris sous Napoléon III et le baron Haussmann.

L'oued Seybouse, qui arrose cette plaine, permet l'irrigation intensive des terres avoisinantes et enrichit la région de nouvelles cultures.

L'industrie se développe aussi largement, avec une usine de traitement des phosphates, plusieurs coopératives agricoles prospères, le développement du port de commerce de Bône, équipé du plus récent matériel de manutention. L'ensemble des ressources humaines et des entrepreneurs régionaux font de Bône l'une des plus riches villes des départements d'Algérie.

Les deux conflits mondiaux, outre la mobilisations des jeunes hommes dans l'armée, atteignent aussi la ville de Bône. Le 4 août 1914, Bône, de même que Philippeville, est bombardée par les croiseurs allemands Goeben et Bresland faisant de nombreux morts.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Bône sert de base d'opérations aux armées britannique et américaine, débarquées le 13 novembre 1942 par terre et par mer. Bône subit de violents bombardements pendant l'hiver 1942-43.

La Croix de guerre sera remise à la ville en juin 1949 par le président de la République Vincent Auriol pour son courage et sa vaillance face aux troupes allemandes.

En 1958, Bône compte 110 000 habitants et continue son développement.

 

 

Le département de Bône

 

Le département de Bône fut un département français d'Algérie entre 1955 et 1962.

Considérée depuis le 4 mars 1848 comme partie intégrante du territoire français, l'Algérie fut organisée administrativement de la même manière que la métropole. C'est ainsi que pendant une centaine d'années, la ville d'Annaba, alors connue sous le nom de Bône, fut une sous-préfecture du département de Constantine, et ce jusqu'au 7 août 1955. À cette date ledit département est amputé de sa partie orientale, afin de répondre à l'accroissement important de la population algérienne au cours des années écoulées.

Le département de Bône fut donc créé à cette date, et couvrait une superficie de 25 367 km2 sur laquelle résidaient 730 594 habitants et possédait cinq sous-préfectures : La Calle, Clairfontaine, Guelma, Souk Ahras et Tébessa. Une dernière modification interviendra avec le rattachement temporaire de l'arrondissement de Tébessa au département de Batna du 17 mars 1958 au 7 novembre 1959.

Le département de Bône fut maintenu après l'indépendance de l'Algérie, et devint la Wilaya d'Annaba.

 

 

Quelques livres au sujet de Bône:

 

Algérie d'aujourd'hui

Algérie...Terre de lumière

Mon voyage au bled, Algérie 2011-2012

La Nostalgérie française


AccueilAccueil

Rechercher

Panier  

(vide)

Auteurs